Vous venez d’avoir une nouvelle paire de lunettes, mais les défauts visuels persistent. Ce n’est pas forcément des lunettes non adaptées. Sachez qu’il faut un certain temps pour vous habituer au port de lunettes. En optique, c’est ce que l’on appelle « la période d’adaptation ».

En effet, votre nouvelle paire de lunettes ne peut pas améliorer votre vision dans l’immédiat. C’est tout à fait normal. D’autant plus que le temps qu’il faut attendre pour s’habituer aux lunettes dépend de nombreux paramètres tels que l’âge de la personne, le type de défaut visuel, la forme de verres et autre encore.

Ceci étant dit, quel est donc le délai nécessaire pour que le cerveau puisse s’habituer aux lunettes ? Décryptage !

Quelle paire de lunettes pour quel trouble visuel ?

Avant toute chose, il semble important de souligner qu’on ne choisit pas les lunettes n’importe comment. Plus important encore, il faut bien distinguer un œil emmétrope et un œil amétrope. Le premier concerne un œil qui n’a pas de défaut visuel, mais qui peut être caractérisé par une fatigue passagère. Quant à l’œil amétrope, il exige vraiment une correction visuelle.

Ainsi, il faut être attentif aux signaux d’alerte qui caractérisent les troubles visuels :

La myopie

Si vous avez des difficultés à voir de loin, vous souffrez de la myopie. En effet, l’image que vous voyez se forme en avant de la rétine. Appelée également « œil trop long », la myopie est caractérisée par une distance importante entre la rétine et la cornée. Ainsi, vous aurez tendance à plisser les paupières pour voir de loin.

L’hypermétropie

Contrairement à la myopie, on parle d’hypermétropie lorsque vous avez du mal à voir de près. Dans ce cas, l’image que vous voyez se forme en arrière de la rétine. Vous souffrez de ce trouble visuel si vous avez tendance à ajuster la focale du cristallin pour accommoder la vision. Ce qui ne fait qu’engendrer une fatigue visuelle et donc une complexité du trouble.

La presbytie

Avec l’âge, la presbytie se manifeste par la perte d’élasticité du cristallin. Ainsi, la capacité d’accommodation de vos yeux devient plus réduite. À défaut de correction visuelle, vous aurez tendance à augmenter la puissance de lumière ou à allonger les bras lors d’une lecture sur papier.

L’astigmatisme

L’astigmatisme provient généralement d’un défaut de courbure de la cornée. Cette dernière a une forme ovale au lieu d’être sphérique. Ce qui vient déformer la périphérie des images. Les personnes qui souffrent de ce trouble visuel confondent généralement les lettres H et M ou les chiffres 0 et 8. À défaut de correction visuelle, cela entraîne une grande fatigue visuelle.

Les grandes catégories de verre

Si vous doutez, il est conseillé de faire un test de vue chez un opticien. Cet examen vous permet d’identifier le défaut visuel et donc, votre acuité visuelle. Cela permet également de bien choisir le niveau de dioptrie adapté à vos yeux, c’est-à-dire : la puissance de verre à privilégier pour corriger la convergence de l’image sur la rétine.

En général, on corrige la myopie et l’hypermétropie avec des verres unifocaux. Ces dernières sont dotées d’un même niveau de correction sur toute la surface des verres. Par contre, les verres toriques sont adaptés à l’astigmatisme et les verres progressifs à la presbytie.

Pour ces derniers, il est bon à savoir qu’elles disposent de trois parties bien distinctes : la partie haute du verre apporte une correction à la vision de loin tandis que la basse du verre une correction de la vision de près. Autrement dit, cela vous permet d’avoir une vision nette avec une seule paire de lunettes de loin comme de près.

Cependant, seuls le résultat du test de vue et l’examen d’un opticien peuvent identifier la paire de lunettes idéale pour corriger correctement un défaut visuel. Sinon, cela peut devenir un facteur d’inconfort qui ne fait qu’augmenter le défaut visuel en question. Dans ce cas, vous risquez de ne pas vous familiariser avec les lunettes que ce soit après un jour, une semaine, un mois ou encore un an vu que ce n’est pas adapté à votre défaut visuel.

Pourquoi la vision ne s’améliore-t-elle pas dans l’immédiat après le port de lunettes ?

Supposons que vous avez bien choisi les verres adaptés à votre défaut visuel. Cependant, il reste encore un problème : vous vous demandez pourquoi la vision ne s’améliore pas alors que vos lunettes sont censées corriger le défaut. Frustré, vous passez des expériences désagréables. Toutefois, rassurez-vous : la durée d’adaptation des yeux aux lunettes est déterminée par plusieurs raisons :

Le temps d’adaptation du cerveau

Il convient de noter que le port d’une nouvelle paire de lunettes exige toujours un certain temps d’adaptation du cerveau. C’est tout à fait normal si vous ne voyez que les bords de la monture lors des premiers jours du port des lunettes. L’explication est simple : le cerveau doit s’adapter à cette nouvelle condition visuelle qui s’est beaucoup améliorée.

C’est également le cas si votre opticien vous a prescrit des verres d’une puissance différente à celle de vos anciennes lunettes. Cette période d’adaptation du cerveau varie de 2 jours à 2 semaines en fonction de la personne. Il est donc important de porter en permanence votre paire de lunettes pour accélérer ce délai d’adaptation du cerveau.

Le temps d’attente pour corriger le défaut visuel

Il est également possible que vous ayez attendu trop longtemps pour demander une aide visuelle. Une étude menée sur 20 000 patients a démontré que 60 % des personnes ayant besoin d’une paire de lunettes pour la première fois attendent des années avant de l’acquérir.

Cependant, plus vous attendez longtemps pour porter des lunettes, plus la période d’adaptation du cerveau risque de se prolonger. D’autant plus que la vision va se dégrader lors de la quarantaine et l’on va finalement vous prescrire des lunettes. Donc, il est conseillé de porter des lunettes adaptées dès lors que vous souffrez d’un trouble visuel. Aussi, pour tout porteur de lunettes, il est recommandé de repasser un test de vue tous les deux ans.

Le temps d’adaptation avec les verres progressifs

Comme énoncés plus haut, les verres progressifs offrent une vision précise de loin comme de près grâce aux différentes corrections sur la même surface. Cependant, il est quasiment impossible d’apercevoir les transitions entre les zones de vision. Pour ce type de verre, le temps d’adaptation de cerveau peut aller jusqu’à 3 semaines surtout chez les personnes âgées.

Bon à savoir : Pour les verres progressifs, les opticiens conseillent de commencer à porter vos nouvelles lunettes lorsque vous êtes assis. Au fur et à mesure, vous devrez progressivement vous habituer à les porter au quotidien lors d’une montée aux escaliers, lors des activités physiques ou encore lorsque vous conduisez.

Le stress excessif

Dans un premier temps, le stress lors d’un rendez-vous pour un test de vue chez l’opticien peut fausser les résultats. Ce qui entraîne le choix de lunettes non adaptées. Aussi, le stress affecte également votre vision.

Votre vue risque de diminuer lorsque vous vous stressez pendant le temps d’adaptation de votre cerveau à la nouvelle paire de lunettes. Donc, essayez de vous détendre surtout si vous portez vos lunettes pour la première fois dans la vie.

Les autres facteurs

Le temps qu’il vous faut pour vous habituer aux lunettes dépend également d’autres paramètres tels que les maladies chroniques. Par exemple, si vous souffrez de l’hypertension ou du diabète, cela va avoir un impact sur votre acuité visuelle. Dans ce cas, la sensation d’inconfort ne provient pas des lunettes, mais de ces pathologies. L’idéal est de parler de ces maladies chroniques à votre opticien lors de l’examen oculaire.

D’autres facteurs peuvent également avoir de l’impact sur le délai d’attente pour vous habituer aux lunettes. À ne citer que le mauvais réglage des lunettes. Si ces dernières glissent sur le nez ou si elles ne sont pas vraiment droites, cela ne fait qu’altérer le niveau de correction et donc la performance visuelle.

C’est également le cas si les verres de lunettes ont des rayures. Ces paramètres doivent être facilement résolus en modifiant le traitement appliqué aux verres ou en changeant complètement les verres. En effet, il appartient à un opticien ou à un ophtalmologiste de décider ce qu’il faut faire pour résoudre le problème. L’idéal est donc de rester en contact avec ces professionnels lors des premiers jours du port de lunettes.

S’habituer aux lunettes : quel délai ?

Pour terminer, le cerveau met un laps de temps pour s’habituer à une nouvelle perception lorsque vous portez des lunettes pour la première fois ou lorsque vous changez de lunettes. Ce délai varie de 2 jours à 2 semaines selon la personne. Pour le cas des verres progressifs, il faut compter 3 semaines pour se familiariser avec les lunettes. Une fois ce délai passé, le malaise et l’inconfort devraient s’estomper.

Si ce n’est pas le cas, il est recommandé de retourner vers l’opticien pour faire des examens supplémentaires. Cela peut être dû à d’autres facteurs tels qu’un mauvais centrage des verres ou un mauvais réglage des lunettes. Il est également possible que vous n’ayez pas partagé vos maladies chroniques à votre opticien. Ce qui fait fausser les résultats des tests de vue. Dans tous les cas, seules les analyses approfondies d’un opticien ou d’un ophtalmologiste vous permettent d’obtenir la correction visuelle idéale.

Quel délai pour s’habituer à ses nouvelles lunettes ?
5 (100%) 1 vote

Vous aimeriez également


Leave a Reply

Your email address will not be published.