Lorsque vous souffrez de douleurs articulaires, vous avez la possibilité de choisir entre deux modes de médications. La première consiste à vous soigner par différentes pilules pour vous soulager et l’autre nécessite une infiltration de corticoïdes.

Bien que la deuxième méthode reste assez redoutée par certains patients, d’autres s’attendent réellement à un changement miraculeux. Voici quelques informations pour vous aider à comprendre comment se passe une infiltration et le temps nécessaire entre 2 infiltrations.

Qu’est-ce qu’une infiltration ?

Cette façon de traiter les douleurs articulaires est devenue de plus en plus populaire au fil des années. Mais c’est quoi une infiltration ?

Cette méthode consiste à injecter des corticoïdes par voie sous-cutanée afin de réduire la douleur chez un patient atteint de problèmes articulaires en phase aiguë.

Il est en effet important de préciser que cette façon de soigner la douleur ressentie au niveau des articulations se propose en deuxième recours.

En effet, la décision de mettre en place un tel traitement nécessite une souffrance répétée du patient. Dans la plupart des cas, les anti-inflammatoires classiques sont d’abord proposés au malade et ce n’est qu’en constatant l’inefficacité de ces médicaments que le médecin propose à son patient une série d’infiltrations pour soulager sa douleur. Un délai d’environ quelques semaines est conseillé entre deux infiltrations.

Quels sont les différents types d’infiltration ?

Il faut savoir qu’infiltrer de la cortisone par voie cutanée ne se fait pas toujours au même endroit. En effet, en fonction de la maladie et de la douleur du patient, l’endroit où le médecin infiltrent les corticoïdes sera différent.

Pour les problèmes articulaires tels que l’arthrose ou l’arthrite inflammatoire, l’infiltration doit être faite à l’intérieur même de l’articulation. L’opération se passe parfois sous contrôle échographique.

Une injection de cortisone au niveau du rachis se passe lorsqu’il s’agit de cruralgies dus à une hernie distale, de sciatiques ou encore du rétrécissement du canal lombaire.

Dans le cas d’une tendinite, l’infiltration se fait alors au niveau du tendon abîmé. Il est nécessaire de préciser que cette opération n’a lieu que lorsque la douleur devient réellement insoutenable.

Est-ce qu’une infiltration est douloureuse ?

Généralement, l’injection n’est pas douloureuse. Mais dans le cas où l’infiltration se fait au niveau de la hanche et des doigts de la main (endroits sensibles du corps humain), le patient peut s’attendre à une certaine douleur.

Dans certains cas, une infiltration dans le rachis peut également être douloureuse. Cela dépend principalement du degré de résistance à la douleur du patient.

Aussi, il est important de préciser que lorsque la première infiltration ne suffit pas, une deuxième, voire une troisième peut être effectuée. Toutefois, dans le cas d’une arthrose, lorsque la première n’est pas suffisante, il n’est pas indispensable d’en pratiquer une deuxième. Mais pour le cas d’une sciatique très douloureuse, il est nécessaire de le faire deux à trois fois.

Infiltration, est-ce qu’il y a des effets secondaires ?

Sachez qu’il existe tout de même certains effets secondaires de l’infiltration.

Dans le cas d’une personne diabétique, un suivi rigoureux doit être effectué pour s’assurer de la stabilité de la glycémie durant les 48 heures suivant l’injection.

C’est aussi le cas si le patient présente une hypertension artérielle. Dans certains cas, l’infiltration peut alors aggraver cette maladie.

Il existe aussi une autre complication sérieuse, mais très rare : l’infection en cas d’arthrite septique ou d’abcès. Dans ce cas, la présence de fièvre ou de gonflement douloureux doit être notifiée au médecin pour qu’il puisse examiner le patient au plus vite. Généralement, les effets secondaires peuvent se présenter sous forme de flushs (coloration rouge visible au niveau du visage, cou et poitrine).

Le patient est en effet pris d’une sensation de chaleur intense et il présente des rougissements au niveau des joues. Il faut savoir que ce symptôme reste totalement anodin. Il disparaît après 48 heures et ne représente aucun problème allergique. Ce dernier peut également se produire dans le cas où le patient ne supporte pas le produit anesthésique ou le produit désinfectant.

Sachez qu’un problème d’allergie au corticoïde ne se présente que rarement. Aussi, le point d’entrée de l’injection peut rester douloureux durant un certain temps. Mais cela ne dure qu’environ 24 à 48 heures. Une fois que le patient a pris un antalgique, la douleur s’estompe. Il peut également y avoir une atrophie cutanée lorsque l’infiltration est superficielle.

Combien de temps faut-il attendre entre deux infiltrations ?

Le délai entre 2 infiltrations varie en fonction du degré de la douleur ainsi que la maladie à traiter. Cette pratique se fait alors au cas par cas. Cependant, les médecins conseillent un délai de 2 à 3 semaines entre 2 injections.

Pour une cruralgie ou une sciatique aiguë, il faut attendre une semaine pour une deuxième injection. Ensuite, si cette intervention ne suffit pas à calmer la douleur, une troisième peut être faite.

Mais il faut savoir qu’il n’existe aucune limite à pratiquer une infiltration chaque année. C’est en effet une norme qui a été mise en place dans le but de prouver l’efficacité de la cortisone. Dans ce sens, si les infiltrations qui ont été pratiquées ont eu de bons résultats, il n’est pas du tout interdit d’en refaire lorsque la douleur revient après six mois.

Quel délai est-il conseillé entre deux infiltrations ?
5 (100%) 1 vote

Vous aimeriez également


Leave a Reply

Your email address will not be published.