L’apiculture, activité annexe à l’agriculture, se pratique par l’élevage d’abeilles à miel pour ensuite exploiter les produits issus de la ruche, principalement le miel, mais aussi la cire ou encore la gelée royale quoique cette dernière soit présente en faibles quantités.

Activité exigeante, l’apiculture implique de connaitre les abeilles en vue de créer l’atmosphère idéal pour l’obtention d’un maximum de rendement tout en assurant leur survie dans un environnement de plus en plus pollué.

C’est la raison pour laquelle il peut être intéressant de connaitre quelle est la durée de vie d’une abeille. La réponse dans les lignes suivantes.

Intérêt de connaitre la durée de vie d’une abeille

Connaitre la durée de vie d’une abeille et partant, maîtriser son cycle reproduction se vaut par le fait que l’activité qui consiste à l’élever, à savoir, l’apiculture se veut être une activité pratiquée sur presque tous les continents.

Bien que l’exploitation des ruches diffère suivant les variétés d’abeilles élevées et le climat, elle se fait toujours en fonction de la compréhension que l’on fait du rythme de vie et de la manière dont les abeilles vivent et produisent du miel.

Ainsi, que l’on utilise des méthodes ancestrales de culture et de récolte ou des techniques plus modernes, comprendre les abeilles et tenir compte de leur durée de vie s’avère toujours être un facteur crucial.

Début d’existence de l’abeille

Les abeilles ont colonisé notre planète depuis des millions d’années. On les a retrouvées notamment dans des fossiles. Cette longévité de l’espèce s’explique par la grande adaptabilité des abeilles aux évolutions de leur environnement. Il s’agit même d’un comportement qui leur est inné.

La vie des abeilles est alors aussi ancienne que l’apiculture elle-même, pratiquée depuis la préhistoire quoique l’exploitation intensive du miel ne s’est faite que vers la fin du XVIIIème siècle.

Evolution des colonies d’abeilles

Les races d’abeilles domestiquées aujourd’hui correspondent à ce que l’on nomme les apis mellifera, les apis cerana et les meliponini, ces dernières étant des abeilles sans dard, plus présentes dans les pays tropicaux.

Il faut savoir qu’il n’existe aucune différence physique entre abeilles domestiques et sauvages à part le fait qu’une colonie est entretenue par l’homme tandis que les essaims d’abeilles sauvages se développent dans la nature, sans intervention humaine.

La colonie est composée d’une reine unique, d’ouvrières qui sont toutes des femelles, d’un certain nombre de faux-bourdons qui sont les mâles et d’un couvain constitué d’œufs, de larves et de nymphes. On notera aussi le fait qu’il n’y aura généralement qu’une seule colonie au sein d’une même ruche.

La population de la colonie varie suivant les saisons. Lorsque les ressources sont abondantes, le nombre d’abeilles peut varier entre 30000 et 70000 individus ce qui permet de maximiser les récoltes.

Une fois en hiver, ce nombre peut tomber à 6000 individus afin de réduire la consommation des provisions. Les abeilles n’assurent alors qu’une présence suffisante pour assurer une relance de la ruche une fois le retour des beaux jours.

Bien que l’abeille vit en tant qu’individu, elle priorise toujours la colonie et peut parfaitement se sacrifier pour elle.

Rôle des membres de la colonie

C’est à travers le rôle que jouent les membres de la colonie que le cycle et la durée de vie des abeilles s’apprécie le mieux.

Ainsi, la reine et les faux-bourdons sont les seuls à se reproduire par reproduction sexuée. Mais la reine est aussi capable de pondre des œufs viables sans avoir été fécondés. Ces œufs donneront naissance à des faux-bourdons qui porteront alors le patrimoine génétique de la reine.

En cas de décès de la reine, la colonie devient orpheline et sa durée de vie va décliner rapidement.

Pour combler ce manque, les ouvrières vont choisir de jeunes larves de deux à trois jours au maximum et vont les nourrir exclusivement de gelée royale. Ce liquide est qualitativement supérieur au miel. Il permet le développement des reines. La première reine qui va naître va alors devoir tuer toutes les autres.

La reine sera l’abeille dotée de la durée de vie la plus longue, allant de 3 à 5 ans.

Une ouvrière d’été vivra entre 5 à 6 semaines tandis qu’une ouvrière d’hiver pourra vivre entre 5 à 6 mois.

Les mâles ont quant à eux un cycle de vie différent. Ils peuvent soit mourir après l’accouplement, soit à la fin de l’été s’ils n’ont pas pu s’accoupler. Ils sont alors chassés de la ruche par les ouvrières, puis mourront.

Les phases de vie d’une abeille

La vie d’une abeille se divise en plusieurs périodes durant lesquelles elle occupera diverses fonctions.

Elle sera tout d’abord ménagère et s’occupera donc de la ruche avant d’endosser le rôle de nourricière de larves.

L’abeille se chargera plus tard de l’entretien des alvéoles en fabricant de la cire, puis sera une gardienne de la ruche afin de protéger la colonie. De là, elle deviendra ventileuse pour assurer la ventilation de la ruche.

Enfin, l’abeille sera butineuse et ira chercher de l’eau, du nectar, du pollen et enfin, du propolis.

Quelle est la durée de vie d’une abeille ?
5 (100%) 1 vote

Vous aimeriez également


Leave a Reply

Your email address will not be published.